COLLECTION DILACERATIO CORPORIS

téléchargement

Autrement dit, une chronique de trois livres d’un coup !
Trois pour le prix d’un, qui dit mieux ?
Le low-cost de l’avis littéraire, on ne te l’avait jamais faite celle-là, avoue ?
Y en a un plus, j’vous l’mets quand même ?

Sinon la collection Dilaceratio Corporis, que le dernier ferme la porte, y a du chauffage, créée par Nicolas Delestre aborde un ensemble de sujets variés, centrés sur le thème de « la mort ».
C’est joyeux non ?
La camarde qui souffle dans une langue de belle-mère…

Mais sinon c’est quoi te demandes-tu, être avide de culture que tu es ?
L’objectif de cette collection est d’assurer une fiabilité historique incontestable tout en restant accessible aux lecteurs de tous horizons. Grands chercheurs, historiens renommés, médecins, thanatopracteurs et tant d’autres spécialistes viendrons apporter leur pierre (tombale) à l’édifice de cette collection qui s’annonce d’ores et déjà comme une référence en la matière.
Si j’avais voulu faire de l’humour, je dirais que c’est gravé dans le marbre que ça va fonctionner, mais on ne va pas exagérer non plus…

Vu que je suis un ancien thanatopracteur, Nico m’a invité pour que je vienne signer deux de mes bouquins lors de la sortie de la collection. En ce cas, tu te dois de rendre la politesse, et donc, tu achètes les bouquins présents…

Pour ne pas faire de jalousie, c’est tellement susceptible un auteur, je vais te causer de chaque bouquin, par ordre alphabétique :

BALADE GOURMANDE FUNÉRAIRE, de Julien Barbet, et Julie Chauville.

Faut-il avoir un esprit légèrement tordu pour collecter les recettes de repas de funérailles à travers le monde et les moult religions ?
Si du premier abord, cela peut paraitre bizarre, c’est très intéressant, de croiser quelques légendes, mais aussi, et surtout des recettes alléchantes !

Ernest Grandfaim, cuisinier et fondateur des gourmands éternels sera votre guide auprès de toutes les ethnies que vous croiserez dans ce petit livre richement illustré par Julie, et comme toute bonne cuisine saupoudrée, non pas d’épices, mais d’humour noir…
J’oubliais un détail, Ernest est mort…

Avec le recueil de recettes vous pourrez préparer des gâteaux, des biscuits, du ragout de mouton Navajos, un Massalé de cabri de la Réunion, un Tass Kebab d’Arménie et tant d’autres bons petits plats que vos invités ne pourront s’empêcher de vous déclarer :
         — Trop mortelle ta cuisine !

Il est à noter que Julien est le chef d’un bouchon du côté de Lyon, Les frères Barbet, si tu te présentes là-bas à poils et avec ma chronique imprimée, tu n’auras aucune réduction, mais tu te feras foutre de ta gueule…

PETIT TRAITÉ DE MÉDECINE LÉGALE de Michel Durigon.

Pour tous ceux qui ont un pied dans la médecine légale, ce qui n’est pas loin d’avoir un pied dans la tombe, je te le concède, mais est bien différent, le professeur Durigon est une sommité en la matière…
Alors quand l’homme vous fait l’honneur d’un petit traité, on le prend, le lit et le remercie !

Que vous soyez un salarié de la Camarde : croque-mort, garçon d’amphi, futur medleg, thanato, simples curieux, polardeux, vous devriez vous procurer ce livre d’introduction à une grande branche médicale, pour moins de 10 balles, vous avez un ouvrage complet, avec un chouette glossaire et quelques photos noir et blanc.

Il est à noter, que comme dans le livre BALADE FUNÉRAIRE GOURMANDE, vous avez un petit guide, Marcel, défunté sur son vélo, le pauvre type a validé son aller-simple pour Saint-Pierre à 50 balais, alors qu’il ne fumait pas et ne buvait pas… Y pas d’justice diront certains, moi je reprendrai un verre en tirant sur ma clope…

C’est ludique, complet, avec quelques anecdotes qui peuvent faire sourire, comme quoi on peut rire de tout, même de la mort des autres…

Le troisième de la série est celui écrit par mon vieux pote Michel Guénanten : UNE VIE AVEC LA MORT.

Michel a fait le bouquin que tous les thanatopracteurs ont un jour rêvé de faire : expliquer leur métier, leur dégoût, leur ras-le-bol, expliquer le pourquoi-du-comment t’arrive à faire ce métier ?
Parce que le Mich’ c’est un Vieux de la vielle, un thanatosaure comme l’on dit, y a quelques lustres qu’il officie pépère et il sait de quoi il parle…
Que ce soit les grandes années, les « glorieuses » de la thanatopraxie, en ce moment, où l’on sacrifie ce noble métier.

C’est fort, il y a parfois du règlement de compte, c’est beau, il y a toute la tendresse que Michel a pour ce métier, l’hommage à ceux qui l’ont formé, aidé, soutenus, des crocs-en-jambe à ceux qui lui ont facilité le transit intestinal, mais aussi, et surtout, il y a la passion…

Cette passion qu’il te balance avec ses mots justes au fil de pages…

Bravo mon ami !

Pour conclure, une bien belle collection aux éditions Fages, un petit format, une chouette charte graphique, hâte de lire les autres.

N’hésitez pas à découvrir, ce n’est pas réservé qu’à ceux qui bossent dans le funéraire, bien au contraire…

Capture d’écran 2019-02-22 à 08.21.03

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :